Attention santé : il n’y a pas que la Covid…

La Covid 19 a envahi nos vies. Le virus s’est installé dans notre quotidien. A juste titre, nous sommes tous préoccupés, voire inquiets pour le risque de contamination pour nous-même et pour nos proches. De plus l’ensemble des médias sont largement saturés par les informations quotidiennes au sujet de l’épidémie de la Covid 19. Seul l’espoir d’une vaccination généralisée ouvre notre horizon.

Et pourtant le virus SARS-Cov 19 ne doit pas focaliser toute notre attention et les autres aspects de notre santé ne doivent pas être évacués. Ceci est tout particulièrement vrai chez les Seniors.

Il faut reconnaître que l’épidémie actuelle a quelques impacts positifs sur les autres maladies : nous n’avons pas connu de grippe classique cet hiver et les infections saisonnières (rhinites, gastroentérites…) sont nettement moins fréquentes, notamment chez les enfants. L’explication est à chercher dans l’application des gestes barrière, qui font barrage aussi aux autres virus. Ceci dit, un sous diagnostic de ces maladies aigues n’est pas exclu car de peur d’être contaminé par le virus de la Covid, certains évitent d’avoir recours au médecin et surtout aux services des urgences hospitalières.

Enfin les téléconsultations se sont multipliées et même banalisées et elles apparaissent maintenant comme une réponse partielle aux déserts médicaux. Elles ne sauraient cependant s’appliquer à toutes les consultations médicales car elles ne peuvent remplacer l’examen clinique.

A côté de cela, on commence à mesurer les multiples impacts négatifs de la crise sanitaire sur la santé des français. D’abord une réduction des activités physiques, cognitives et sociales est largement constatée, en lien avec les périodes de confinement, mais aussi l’arrêt des activités en groupe, organisées par les associations. Or le maintien de ces activités est un facteur très important de la prévention santé, par leur impact sur le fonctionnement cardio-vasculaire et psycho-cognitif.

Des conséquences dans le domaine de la santé mentale sont tout à fait préoccupantes : majoration de l’anxiété, augmentation de fréquence des dépressions (et même des suicides dans certains pays comme les Etats Unis), des troubles du sommeil et des addictions notamment d’alcoolisme.

Par ailleurs les médecins déplorent des retards pour des actes de santé du registre de la prévention et du dépistage :

  • Retard dans les bilans de suivi des maladies chroniques comme dans le diabète, pour détecter précocement des complications
  • Retard des diagnostics de nouveaux cancers, faits souvent à des stades plus avancés, avec risque de perte de chance pour l’efficacité des traitements
  • Retard dans la réalisation des chirurgies orthopédiques, comme la mise en place d’une prothèse de genou ou de hanche pour arthrose, conduisant à une aggravation de la mobilité
  • Retard pour les rappels de vaccination.

Devant cette crise sanitaire qui se prolonge, il est important de rappeler qu’il ne faut pas négliger pour autant l’ensemble de sa santé :

  • Continuer à avoir une activité physique régulière, éventuellement avec des outils numériques, à garder des contacts avec nos proches et se faire plaisir avec de bons petits plats faits maison.
  • Ne pas rester passif devant l’apparition de symptômes inhabituels mais consulter sans tarder son médecin traitant
  • Ne pas différer les consultations de suivi préconisés ni les dépistages comme les contrôles de mammographie ou le dépistage du cancer du colon et
  • Rester vigilant sur son carnet de vaccination.

Il faut rester optimiste pour la fin probable de la crise sanitaire avec la généralisation progressive de la vaccination mais il faut aussi essayer de garder la meilleure santé possible dans cette tourmente : pour cela vigilance et attention à nous-même et à la santé de nos proches sont de mise. Nous sommes individuellement responsables de notre capital santé.

Dr Denise Strubel – Praticien honoraire du CHU de Nîmes – Avril 2021