Le dépistage et la prévention

Un public captivé par une conférence d'Arcopred

Le Dépistage sert à découvrir une maladie existante méconnue. L’image du « contrôle technique de nos véhicules » en donne un excellent exemple : notre voiture marche bien mais elle a pris de l’âge ! Il en est de même pour notre organisme, nous ne nous sentons pas malades mais la maladie peut débuter et se développer sans être ressentie.

Pour les véhicules, ce contrôle technique est obligatoire. Pour les dépistages proposés nous ne sommes qu’incités … mais nous devrions nous obliger à être responsables de notre santé, pour nous-même bien-sûr, comme pour notre société, par citoyenneté. En effet il faut que 60 % au moins de la population concernée participe aux dépistages organisés (pour les cancers du sein et du côlon, en particulier…) si l’on veut obtenir des résultats efficaces et diminuer la mortalité.

La Prévention est mal connue, mal expliquée, et de ce fait mal mise en œuvre. La Prévention ne peut qu’être active, volontaire, pour qu’en réaction nous restions en équilibre avec tout ce qui nous entoure (définition de notre Bonne Santé). Cette stabilité est parfois fragile, elle nécessite un certain nombre de règles de vie pour éviter l’apparition d’une maladie, notamment chronique, et de ce fait, la perte de l’autonomie. Une maladie prise en charge trop tard est l’échec de sa prévention.

Le médecin est là pour guérir la maladie mais c’est à chacun de prendre en charge le dépistage et la prévention pour rester en Bonne Santé et garder son autonomie.

Le dépistage et la prévention s’adressent à toute la population… mais plus particulièrement à tous les seniors, même bien-portants, dès l’âge de 55 ans (selon l’Insee) dont environ 10 % ne savent pas qu’ils sont déjà malades.